ECG Conference 2011 : la logistique inféodée à la finance

 20/11/2011  Claude Yvens  Expertise Center

La conférence annuelle d’ECG s’est déroulée sur fond de tensions à géométrie variable entre acheteurs de transport et prestataires. Des prestataires qui, aux dires du président Baldissara, n’auront pas les reins assez solides pour résister à une deuxième crise majeure en trois ans.

La question à ne pas poser à un acheteur de transport d´un grand groupe automobile est : « Tous les maillons de vos chaînes logistiques, jusqu´à celui qui paie le chauffeur et finance le camion qui transporte vos voitures, ont-ils le droit de gagner leur vie correctement ? » Nous n´y avons reçu que des réponses vagues et des sourires embarrassés.

Clauses diesel

Cette question résume pourtant bien la teneur de cette conférence 2011 de la fédération des logisticiens de l´automobile. Et révèle de plus en plus de tensions entre les prestataires `asset-based´ qui prennent encore le risque de trouver véhicules et chauffeurs et les 3 ou 4 PL, accusés de prendre à leur profit la plus belle part du gâteau et de faire du transport proprement dit une simple commodité.

Les discours de façade sont pourtant rassurants : « La qualité de nos prestataires logistiques sont un élément de notre compétitivité, et la force d´une chaîne d´approvisionnement dépendra toujours de son maillon le plus faible. » (Levent Yuksel, Toyota) « Les contrats à moyen et long terme sont indispensables pour nous assurer une capacité de transport suffisante. » (Egon Christ, Daimler). « Pour aider nos transporteurs à faire face à l´augmentation des prix du carburant, nous adaptons nos prix de transport chaque trimestre.» (le même)

Certes, mais l´introduction de clauses diesel imposées par le donneur d´ordres recèle souvent un piège pour le transporteur, dans la mesure où l´acheteur part souvent d´une part de 20 % du carburant dans le prix de revient, ce qui est largement inférieur à la réalité dans tous les pays, et certainement dans les pays où les salaires des chauffeurs pèsent moins (54 % en Turquie !). Il faudrait pouvoir adapter les clauses diesel à la réalité du prix de revient de chaque pays… mais il est impossible de travailler avec des clauses standardisées au risque de fâcher les autorités anti-trust (et ce sujet est sensibles chez les constructeurs automobiles…). Et ce n´est qu´un exemple…

Est-ce par désenchantement ? Un des acheteurs présents l´a reconnu devant toute l´assemblée : « Ce sont nos directions financières qui détruisent la qualité de nos processus de distribution. » Pas sûr d´un directeur financier accepterait l´invitation d´ECG l´an prochain…

Les bonnes nouvelles

– Une meilleure intégration des réseaux de transport permettrait de réduire les retours à vide. (Egon Christ, Daimler)
– Quand il faut parfois 6 heures pour charger un véhicule, c´est qu´une forte optimisation des processus est possible. (Chris De Baere, Volvo Logistics)
– Un groupe de travail regroupant l´ECG (les logisticiens) et l´ACEA (les constructeurs) va se réunir pour la première fois le 14 décembre.

Tagged With: ECGEgon ChristChris De BaereLevent Yuksel

Vous ne recevez pas encore notre newsletter hebdomadaire ? Inscrivez-vous ici !