Dry Port Charleroi : Lannutti à la manœuvre

 21/03/2016  Claude Yvens  Economie, Logistics
Dry Port Charleroi : Lannutti à la manœuvre

Le Dry Port Charleroi retrouve un avenir avec la forte implication du groupe italien Lannutti qui vient d’en devenir le concessionnaire et d’y lancer un service ferroviaire quotidien vers l’Italie. Charleroi devient aussi le hub de Lannutti pour toute l’Europe du nord-ouest.

La nouvelle liaison Charleroi-Turin est un maillon important du projet Green Line Advanced Systems and Service, une joint-venture établie entre le groupe Lannutti et AGC Flat Glass Europe, un de ses principaux clients dans le domaine du verre plat.

Pôle multimodal. « Lannutti a commencé à utiliser le transport ferroviaire en 2008. Notre objectif est de transférer 25 % de nos volumes de la route au rail (la proportion est aujourd’hui de 15 %, NDLR), et le fait de devenir concessionnaire du Dry Port Charleroi est un élément important de cette stratégie. Charleroi devient notre plate-forme multimodale pour l’Europe du nord-ouest, à partir de laquelle nous organiserons le ‘last-mile’ vers le Benelux, le nord de la France, le Royaume-Uni et l’Allemagne », nous explique Valter Lannutti, CEO du groupe italien. Concrètement, Lannutti a fait passer à cinq le nombre de liaisons hebdomadaires et envisage même de passer rapidement à six. A raison de 32 slots quotidiens et de 450 trains par an, ce sont donc près de 15.000 unités de transport qui rejoindront Turin par le rail. Pour y parvenir, Lannutti a dû investir dans des semi-remorques tiroir adaptées au transport multimodal. Les wagons sont également adaptés au transport de ces matériels routiers, mais peuvent aussi servir au transport de conteneurs conventionnels. L’intention de Lannutti est d’ailleurs d’étendre rapidement le service multimodal à d’autres produits que le verre plat. Les nouveaux développements de Lannutti ne devraient par ailleurs pas s’arrêter à cette concession. En Belgique, Lannutti emploie une cinquantaine de personnes dans son centre de distribution de Marchienne-au-Pont et son centre routier de Mornimont où est basée le centre de coordination pour toute la flotte européenne active dans le transport de verre. « Et je peux déjà vous dire que nous ferons d’autres investissements en Belgique dans les années à venir », a assuré Valter Lannutti.

Une bénédiction pour Charleroi Dry Port

Jean-Luc Melard, administrateur délégué de Charleroi Dry Port, est aux anges. Alors que le trafic avait atteint 23.000 TEU lors de sa meilleure année, il était progressivement retombé à 3500 caisses. « Pas de quoi travailler de manière rentable, commente-t-il. Ici, nous allons repartir sur des bases de 15.000 TEU par an, et les perspectives d’atteindre les 18.000 TEU sont réelles si le sixième train se confirme. Avec une telle ‘locomotive’, nous allons aussi pouvoir plus facilement trouver d’autres clients afin d’augmenter les cadences. »

Claude Yvens
(Photo – ©Jean-Louis Vandevoorde : Lannutti, désormais concessionnaire du  Charleroi Dry Port, organise cinq trains par semaine vers Turin..)

Vous ne recevez pas encore notre newsletter hebdomadaire ? Inscrivez-vous ici !