Damco: Le Direct-to-Store plutôt que passer par un EDC

 09/03/2016  Claude Yvens  Economie, Logistics
Damco: Le Direct-to-Store plutôt que passer par un EDC

Le concept du centre européen de distribution est-il dépassé? Avec le concept Direct-to-Store, il est en tout cas possible de supprimer l’EDC de la supply chain. Damco rencontre un succès croissant avec ce concept, à tel point que le deconsolidation center de Willebroek, où le concept a été développé, doit déjà doubler de surface.

Damco, la branche logistique/expédition de l’armement danois Maersk, dispose depuis un certain temps d’une plate-forme logistique sur le site brownfield de l’ancienne papetterie De Naeyer à Willebroek. C’est là qu’a été développé le concept Direct-to-Store. Avec succès, car les flux de marchandises y croissent de mois en mois. Très rapidement, l’équipe de Damco s’est rendu compte que les installations existantes ne suffiraient pas et qu’un hall dédié devenait nécessaire, pouvant accueillir tant les activités de crossdock que des rayonnages pour un stockage à rotation rapide.

A la demande de Damco, ce nouveau hall de 15.000 m² a été construit à côté du bâtiment existant. Il a été mis en service par Damco Benelux en août dernier. La croissance de l’activité Direct-to-Store est toutefois tellement solide, que Hanne Sorenson (Global CEO de Damco) en Koert Grosfeld (CEO Benelux) ont pu annoncer, dès l’inauguration, que la construction d’une extension avait déjà été décidée. Ces 15.000 m² supplémentaires devraient être opérationnels en mai 2016.

.

Direct-to-Store

Le concept Direct-to-Store est basé sur le fait que, bien souvent, la destination finale des marchandises est déjà connue au moment de leur départ depuis l’Asie. Grâce à une visibilité poussée tout au long de la supply chain, il est possible de concevoir le planning des livraisons, encore pendant le trajet maritime, de telle manière que dès leur arrivée en Europe, les marchandises partent vers le magasin auquel elles sont destinées. Dans le jargon de Damco, le concept a reçu le nom de DC Bypass.

Une fois déchargés dans le port d’arrivée (principalement Rotterdam dans le cas de Damco), les containers ne sont pas transportés vers un EDC, mais par barge vers le Trimodal Container Terminal Belgium à Willebroek. Celui-ci se trouve à un jet de pierre  du deconsolidation center de Damco. Là, les marchandises sont dépotées et groupées via le crossdock dans une semi-remorque ou un container qui repart le plus souvent directement vers le magasin de destination en Europe. Dans certains cas, les produits sont au préalable étiquetés, groupés par assortiments, déjà placés dans des displays, etc.

Derrière la zone de crossdock et d’activités de valeur ajoutée, se trouvent les rayonnages pour un stockage intermédiaire. « Contrairement au stockage dans un EDC, il ne dure ici que quelques jours, » explique Kobe De Roeck, warehouse & distribution manager de Damco Benelux. « Admettons qu’il y ait dans un container sept ordres de commandes (purchase orders, P.O.’s). Il peut arriver que les P.O’s 1, 5 et 7 puissent partir immédiatement, mais que les P.O’s 2, 3,4 et 6 doivent attendre quelque peu avant d’être appelés. Ces commandes sont alors stockées sur palette dans les rayonnages pendant quelques jours ou, au maximum, quatre semaines. »

Control Tower

Un tel concept requiert toutefois un très grand degré de visibilité tout au long de la supply chain, de même qu’une grande faculté de control tower. Les deux sont impératifs tant pendant le trajet entre le port de départ et le centre d’éclatement de Willebroek que pendant celui entre le centre et le magasin de destination. « Ils sont impératifs, car nous livrons directement depuis ici des marchandises à un magasin situé par exemple en Finlande, parfois avec un créneau de livraison d’un quart d’heure seulement, » dit De Roeck.

Pour cette raison, Damco travaille avec 16 transporteurs différents, chacun spécialisé dans un pays (ou quelques-uns) couvert à partir de Willebroek.

A la question de savoir s’il n’est pas plus efficace – et surtout meilleur marché – de faire le groupage et les activités à valeur ajoutée dans le port d’export (au Vietnam, en Chine, etc .) et de charger les containers là-bas en fonction des livraisons finales, De Roeck répond par la négative. « Cela rendrait la supply chain trop peu flexible. « Cela signifierait que les commandes du magasin ou de la chaîne de magasins sont définitives quatre semaines à l’avance. Grâce à notre fonction de tour de contrôle et au fait que nous savons ce qu’il y a dans chaque container, nous pouvons encore adapter les schémas de livraison pendant toute la durée du trajet maritime. »

Centre d’excellence

“Ce concept demande des capacités informatiques et une organisation sans faille. Damco Willebroek est la seule plate-forme du groupe disposant du savoir-faire et des facultés de tour de contrôle suffisants. C’est dès lors le centre d’excellence pour ce concept au sein de Damco, » ajoute De Roeck.

C’est aussi la raison pour laquelle le groupe danois a décidé de confier à Willebroek les évolutions futures du concept Direct-to-Store. « Ce concept ne pourrait pas être transposé tel quel vers une autre plate-forme logistique. Nous envisageons de développer un tel centre en Grande-Bretagne pour quelques clients-clé, mais cela ne peut se faire du jour au lendemain. Rien qu’exporter les systèmes informatiques serait déjà un travail gigantesque. »

Des pointes mieux prévues

Aujourd’hui, environ 30 personnes travaillent dans les deux halls logistiques, ainsi qu’une vingtaine dans les bureaux. A cela s’ajoutent une quarantaine d’intérimaires pour faire face aux pointes. « Du fait que nous avons une excellente visibilité sur les flux, nous pouvons prévoir avec précision quand les pointes se produisent et quand nous avons besoins de mains supplémentaires, » explique De Roeck. Lorsque l’extension sera opérationnelle, une dizaine de personnes s’y ajouteront.

Philippe Van Dooren

 

Exergue

Nous pouvons encore adapter les schémas de livraison pendant toute la durée du trajet maritime

Un tel concept requiert un très grand degré de visibilité tout au long de la supply chain, de même qu’une grande faculté de control tower.

Encadré

Des codes-barres inclinés

En traversant les allées, on peut remarquer que les codes-barres sur les étiquettes collées sur les rayonnages ne sont pas disposés horizontalement. « Par cette petite intervention, les collaborateurs sont plus attentifs lorsqu’ils les scannent, de sorte que la précision des contrôles a été améliorée de 200%, » explique Kobe De Roeck. Les stocks sont contrôlés quatre fois par mois, avec un quotient de d’exactitude atteignant 99,9%.

Foto 4:

Vous ne recevez pas encore notre newsletter hebdomadaire ? Inscrivez-vous ici !