Bilan de la taxe kilométrique, an 2 : + 3,17%

 24/04/2018  Claude Yvens  Economie
Bilan de la taxe kilométrique, an 2 : + 3,17%

Viapass a présenté aujourd’hui les principaux chiffres de la deuxième année de fonctionnement de la taxe kilométrique. Les recettes progressent de 3,17%, moins vite que le kilométrage parcouru par les poids lourds sur le réseau taxable à cause de (ou grâce au) rajeunissement des flottes.

Le kilométrage taxable a en effet progressé de 3,41%, un chiffre influencé par les premières indexations de tarif, par l’extension du réseau (+ 33 km en Wallonie au 1er juillet 2017, + 157 km en Flandre au 1er janvier 2018) et (marginalement) par l’inclusion des tracteurs BE dans la liste des véhicules soumis au prélèvement. 54 % des recettes proviennent de véhicules immatriculés à l’étranger. Un pourcentage relativement stable par rapport à l’année précédente.

Le produit de la taxe kilométrique versé aux régions en 2017 se monte à 424,5 millions EUR pour la Flandre, 241,6 millions EUR pour la Sofico (Wallonie) et à 10,1 millions EUR pour Bruxelles.

Johan Schoups, administrateur général de Viapass, a insisté sur le fait que le projet belge est le plus avancé du monde, puisqu’il couvre toutes les routes du pays, qu’il ne crée aucune entrave au trafic et qu’il est ouvert à plusieurs fournisseurs d’OBU (cinq aujourd’hui, sept en 2019). Il annonce également qu’un projet est en cours pour permettre l’utilisation de l’OBU (celui de Total en l’occurrence, NDLR) afin de payer des parkings sécurisés (de Total, NDLR) à Kalken et à Wanlin.

Vous ne recevez pas encore notre newsletter hebdomadaire ? Inscrivez-vous ici !