Augmenter nos prix collectivement

 19/12/2017  Claude Yvens  Opinion
Augmenter nos prix collectivement

La taxe kilométrique et le coût des files font grimper le prix des prestations du transporteur. Celui-ci ne doit pas attendre 10 ans avant de répercuter ces coûts sur le client. Dans 10 ans, il sera trop tard ! Répercuter ou tomber en faillite, le choix est aussi simple que cela.

Les transporteurs doivent prendre l’initiative par rapport aux augmentations de prix. En fait, il ne nous appartient pas de contrôler le budget des clients. Nous devons nous-mêmes survivre. C’est le politique qui doit solutionner le problème des embouteillages, pas le transporteur. Aussi longtemps qu’il n’y arrive pas et qu’il n’y a pas de solution, le transporteur sera contraint d’appliquer une augmentation de prix. Attendre une solution pendant 10 ans, ce n’est pas possible, ni même pendant six mois. Transport Hertsens applique depuis juin 2017 une hausse de prix de 3 % pour compenser la perte de temps et d’argent dans les embouteillages. Comme ce fut le cas avec la taxe kilométrique. Si vous ne la refacturez pas intégralement au client, vous mettez la survie de la société en péril.

Action collective

Je plaide aussi pour que nous recommandions collectivement d’augmenter les prix. Voilà une belle tâche pour les fédérations de transport. Celles-ci doivent encourager les transporteurs à répercuter sans hésiter le coût de l’embouteillage sur le client. La plupart des entreprises ont en effet besoin d’un petit coup de pouce pour prendre une telle décision. Evidemment, le risque existe de perdre un client, mais chacun doit faire ses comptes. Si répercuter sur un client donné n’est pas possible, il vaut alors mieux le perdre. Le transporteur doit faire des choix pour survivre. Nous devons arriver à des augmentations de prix réalistes pour les coûts liés aux embouteillages ET à la taxe kilométrique. Nous suivons nos coûts et revenus tous les mois et nous savons ainsi ce que nous gagnons encore et si nous gagnons encore quelque chose. Il n’est pas possible de travailler gratuitement tout en prenant tous les risques. Il restera toujours des sociétés de transport qui braderont les prix. Celles-ci ne pourront toutefois pas résister. Généralement, les clients qui attachent de l’importance à des notions telles que la qualité, la ponctualité et le service paient aussi pour cela. Si le client ne regarde que le prix, il risque de déchanter.

« Le transporteur doit faire des choix pour survivre. Attendre les solutions politiques n’a pas de sens. Travailler gratuitement en prenant tous les risques n’est pas possible ! » (Arnold Hertsens, directeur de Transport Hertsens NV)

Vous ne recevez pas encore notre newsletter hebdomadaire ? Inscrivez-vous ici !