Arrimage: enfin une norme européenne

 14/04/2018  Hendrik De Spiegelaere  Fleet Management
Arrimage: enfin une norme européenne

En Europe, le transport de boissons connaît à lui seul une perte de chargement par jour. C’est pourquoi une attention particulière est accordée à l’arrimage dans le cadre de la Charte européenne de la sécurité routière. La Belgique enregistre également plus de 10.000 cas de pertes de cargaison par an. Cependant, une réglementation stricte en la matière faisait défaut jusqu’à présent, mais les choses bougent avec la directive européenne 2014/47, qui entrera en vigueur en 2018.

Le Bureau de Normalisation (NBN) a organisé à Gand une journée d’étude sur l’arrimage. À retenir : une directive européenne sur l’arrimage. La norme appliquée en la matière par la Belgique est l’AR du 27 avril 2007 sur la sûreté du chargement, entré en vigueur le 10 septembre 2009. Cela va donc changer lorsque la directive européenne 2014/47 sera transposée au sein de la législation nationale.

Dernière version légale

Ce premier AR fournissait un cadre général à la sûreté du chargement afin de réduire considérablement le nombre de cas de pertes de chargement sur les routes belges. Force est de constater que cela demande des efforts de la part de toutes les parties concernées : les chauffeurs, les sociétés de transport, les expéditeurs, les conditionneurs, les clients, les constructeurs automobiles, les organismes de contrôle…

À la nouvelle directive européenne ont précédé le code CTU au niveau international (IMO/ILO/UNECE) et la norme ADR EN 12195-1 2010, ainsi que les directives européennes de bonnes pratiques sur l’arrimage des charges sur les véhicules routiers.

« La majeure partie de la nouvelle directive européenne concerne l’état technique des véhicules », précise Marc Juwet de la KU Leuven. L’arrimage du chargement est abordé aux articles 16 et 17 de l’annexe III 5. Les normes à appliquer sont les suivantes :

  • EN 12195-1 Calcul des tensions d’arrimage
  • EN 12640 Points d’arrimage
  • EN 12642 Résistance de la carrosserie du véhicule
  • EN 12195-2 Sangles en fibres synthétiques
  • EN 12195-3 Chaînes d’arrimage
  • EN 12195-4 Câbles d’arrimage en acier
  • ISO 1161, ISO 1496 ISO Conteneurs
  • EN 283 Caisses mobiles
  • EN 12641 Bâches
  • EUMOS 40511 Poteaux – colonnes
  • EUMOS 40509 Emballage de transport

« Étant donné que les normes vont évoluer, il est important de toujours se baser sur leur version la plus récente. La directive l’exige. Personnellement, j’estime qu’on a accordé bien trop d’attention aux tests avec des bobines de papier. Or, ceux-ci ne sont pas déformables. Il n’y a (presque) pas eu d’essais comparatifs avec des marchandises ensachées ou des caisses de boissons. Le contexte scientifique est donc très sommaire. Cependant, il y aura donc une directive européenne et les transporteurs devront s’en servir. Il conviendra par exemple d’exiger, en particulier en Allemagne, l’application de la directive européenne et non de la VDI », explique Marc Juwet.

NBN

La journée d’étude était organisée par le Bureau de Normalisation (NBN). Le NBN est un organisme d’utilité publique et relève du SPF Économie. C’est l’organisme responsable de l’élaboration des nouvelles normes sur la base de l’input des entreprises, des autorités et des fédérations. Les normes aident à respecter la législation (mais il ne s’agit pas de lois !) Chaque année, le NBN élabore 1.500 nouvelles normes, majoritairement des révisions de normes antérieures. Le NBN est également chargé d’impliquer les entreprises belges à l’élaboration des normes et de les encourager à les utiliser.

Le NBN compte 3.400 experts et 770 commissions, et gère un portefeuille de quelque 42.000 normes.

Vous ne recevez pas encore notre newsletter hebdomadaire ? Inscrivez-vous ici !