Analyse financière 2015 : gare aux poches vides !

 30/12/2015  Claude Yvens  Etudes
Analyse financière 2015 : gare aux poches vides !

Avec une reprise moins molle en Belgique que dans les pays voisins, une inflation au plus bas et un prix de carburant à la baisse, l’année 2014 a présenté des paramètres pour le moins inédits. Les transporteurs belges s’en sont bien sortis, et ils ont enfin pu reconstruire certaines réserves. Il est temps, car la taxe kilométrique arrive… et le cash-flow est sous pression.

 

Volume d’affaires

Le chiffre d’affaires des transporteurs belges a pratiquement stagné en 2014, malgré une progression du PIB de plus d’1,3 % en Belgique. La faute aux prix du carburant au deuxième semestre, qui a été inévitablement répercutée sur les clauses diesel. Depuis trois exercices, ce sont les entreprises wallonnes qui tirent le secteur vers le haut, passant 17 17 à presque 20 % du chiffre d’affaires national. Par catégorie de taille, ce sont toujours les grandes entreprises qui tirent le secteur vers le haut. Les petites entreprises ne grandissent plus depuis 2006, et les entreprises moyennes décrochent depuis 2011.

Evolution du chiffre d’affaires

La tendance 2014 : + 0,94 %

Evolution de la valeur ajoutée

 

La tendance 2014 : + 0,44 %

 

Emploi

2014 était la première année d’application du statut unique entre ouvriers et employés. Son impact ne s’est pas fait attendre : alors que l’ONSS signale une hausse du nombre de postes de travail tant du côté des ouvriers que des employés, les données bilantaires indiquent une baisse du nombre d’équivalents temps plein. Il n’y a là aucun paradoxe, mais bien une volonté de flexibiliser les ressources humaines en ayant notamment recours à des contrats à temps partiel et à l’intérim pour remplacer les anciennes périodes d’essai.

Evolution du nombre de postes d’emploi

Tendance 2014 (en équivalents temps plein) : -0.26 %

 

Productivité

Faible croissance du chiffre d’affaires ne signifie pas moins de volumes de transport en 2014. On pouvait donc craindre que la productivité des entreprises ne pique du nez. Il n’en est rien : le recours aux contrats à temps partiel et à l’intérim (voir plus haut) ont permis une hausse de la productivité de plus de 1 %, soit un taux légèrement supérieur aux taux d’inflation (+ 0.9 % en 2014). A l’appui de cette explication, le comportement des petites entreprises où la productivité a stagné alors qu’elle progresse franchement dans les entreprises moyennes et grandes. La progression est aussi plus franche en Flandre qu’en Wallonie et à Bruxelles.

Evolution de la productivité (VA / personne, en EUR)

La tendance 2014 : + 1,06 %

Bénéfices

Situation un peu contrastée : il y a d’une part plus d’entreprises qui ont dégagé un bénéfice en 2014 par rapport à 2013, mais ces bénéfices (après impôts) sont moins importants. Globalement, le secteur du transport routier a dégagé un bénéfice de 223 millions EUR en 2014, soit 40 millions de moins qu’en 2013 mais tout de même 77 millions de plus qu’en 2012. La rentabilité moyenne d’une entreprise de transport chute elle aussi de 1,78 à 0,94 %.

Pourcentage de résultats positifs

La tendance 2014 (Profit Margin) : + 0,94 %

Cash-Flow

C’est le gros point noir de l’année 2014 : les liquidités des entreprises ont baissé de 5 % après avoir bien progressé l’année précédente. Le contraste est surtout frappant entre les grandes entreprises (où les liquidités ont légèrement progressé) et les PME, où elles chutent. C’est de mauvais augure à quelques mois de l’arrivée de la redevance kilométrique qui va mettre le cash-flow sous pression (caution à payer pour les OBU et gestion des délais de paiement entre les délais accordés par Satellic et délais accordés – ou plutôt tolérés – chez les clients).

Evolution du cash-flow

La tendance 2014 : -5 %

Fonds propres

C’est LA bonne nouvelle de l’exercice 2014 : les fonds propres ont progressé de plus de 18 %, soit de 530 millions EUR dans l’ensemble. 73,5 % de ce montant (soit environ 390 millions EUR) provient d’augmentations de capital, ce qui représente un record absolu. Les 140 millions EUR restants correspondent au transfert de bénéfices, ce qui représente un pourcentage d’environ 64 %, typique des secteurs dominés par les entreprises familiales. Le transport routier reste sous-capitalisé, mais il se soigne…

Evolution des fonds propres

La tendance 2014 : +18 %

Solvabilité

La solvabilité moyenne du secteur connaît une hausse sensible, conséquence directe de l’augmentation des fonds propres. C’est d’autant mieux pour la faculté des entreprises à obtenir des lignes de crédit. Il y a aujourd’hui plus de 25 % d’entreprises à présenter un ratio de solvabilité supérieur à 60 %, soit 10 % de plus qu’il y a dix ans. Par contre, la proportion d’entreprises à la solvabilité inférieure à 30 % est toujours de 44 % (57 % il y a dix ans).

La tendance 2014 : 36,69 %

 

Vous ne recevez pas encore notre newsletter hebdomadaire ? Inscrivez-vous ici !