Airwin – Van Mieghem: consommation réduite de 4,5 %

 02/09/2015  Claude Yvens  Expertise Center
Airwin – Van Mieghem: consommation réduite de 4,5 %

Van Mieghem est toujours à la recherche de solutions pour rendre ses opérations de transport plus efficaces. Souvent contacté, il n’est pas souvent convaincu, mais les dérives aérodynamiques proposées par Airwin ont passé le test avec succès.

Benjamin Bringloe travaille depuis des années sur un système de dérives à placer à l’arrière des semi-remorques pour réduire le coefficient de traînée aérodynamique et donc la consommation. Après des tests réalisés en laboratoire à l’institut Von Karman, il est parvenu à un compromis idéal entre les dimensions, la forme et l’encombrement. Il a ensuite persuadé Van Mieghem de tester le système en conditions réelles.

En conditions réelles

« Nous avons réalisé deux navettes entre Saintes et Bratislava avec un chargement d’environ 15 tonnes et une vitesse moyenne de 82 km/h, explique Laurent Van Mieghem. C’est un trajet que nous réalisons fréquemment et sur lequel nous disposons de statistiques de consommations fiables. Avec le même véhicule (un Actros MP3) et le même chauffeur que d’habitude, nous consommons d’habitude 28,06 l/100 km. Lors du premier test, nous avons consommé 26,7 litres et 26,4 litres lors du second test. Le gain est donc situé entre 5,09 et 6,28 %, ce qui est tout à fait conforme à nos attentes de départ. » Laurent Van Mieghem estime que le système pourrait être utilisé sur 80 % de ses 300 semis.

Les aspects pratiques n’ont pas été oubliés. La longueur maxi des dérives de culot (c’est leur nom technique…) est de 50 cm, ce qui ne nécessitera pas d’homologation spécifique. Contrairement aux dérives américaines ATDynamics, les dérives Airwin ne sont pas fixées aux portes, mais bien sur un cadre articulé fixé autour des portes. « Lorsque le chauffeur se met à quai, il n’a que deux poignées à tirer pour déverrouiller le cadre articulé. Lorsque la porte s’ouvre, le cadre pivote de lui-même », explique Bringloe.

Airwin a également évalué l’effet combiné de ses dérives (légèrement modifiées dans ce cas) et d’un déflecteur de toit SDR (vendu par Jost). Dans ce cas, le gain en consommation passe de 4,5 à 6,5 %, et le système reste compatible avec les toits à hauteur variable. C’est même la combinaison idéale, parce que le système Airwin est alors plus simple à construire.

Les demandes de brevet sont en cours au niveau mondial. Reste maintenant à industrialiser le système. Actuellement, un autre test est en cours chez Tradova et Airwin récolte des pré-commandes pour convaincre un acteur industriel de produire le système. Selon ses estimations, un système complet ne devrait pas coûter plus de 2000 euros, ce qui permettrait de le rentabiliser en moins d’un an.

Airwin – Van Mieghem FR

AIRWIN – VAN MIEGHEM NL

 

Vous ne recevez pas encore notre newsletter hebdomadaire ? Inscrivez-vous ici !