Aernouts Logistics Support: de cycliste professionel à transporteur routier

 13/03/2014  Yannick Haesevoets  Contract Logistics
Aernouts Logistics Support: de cycliste professionel à transporteur routier

Dirk Aernouts et son épouse Nana Steenssens ont mis tous deux un terme à leur carrière professionnelle de chauffeurs poids lourds, mais ils sont restés actifs dans le secteur du transport : de la distribution de colis traditionnelle pour UPS au transport spécialisé d’articles volumineux et fragiles (surtout les vélos) en passant par le transport personnalisé pour des clients spécifiques. Et ce mélange fonctionne. D’un travailleur en 2004, l’entreprise est passée en 10 ans à 45 collaborateurs et à un chiffre d’affaires de 3,5 millions d’euros. Pour soutenir cette croissance de manière efficace et améliorer la communication avec ses clients, Aernouts a équipé toute sa flotte de la technologie TomTom en 2012.

L’année dernière, Aernouts Logistics Support a transporté 75 000 vélos, principalement du fabricant ou de l’importateur au distributeur. La percée de la société remonte à 2008 lorsqu’elle a su convaincre la marque américaine Scott de lui confier le transport de 20 000 vélos sur base annuelle. « Le transport de vélos a de tout temps posé problème, » explique Dirk Aernouts. « C’est pourquoi nous songions depuis longtemps à exploiter cette niche, mais nous devions prospecter un premier gros client pour atteindre une masse critique. Scott nous a permis de développer nos activités dans le transport de vélos. Depuis lors, nous parcourons également les routes pour les marques belges Eddy Merckx Cycles, Granville et Oxford notamment. Ils nous ont choisis parce que nous sommes spécialisés dans leur branche. Ce souci pour les articles volumineux et fragiles nous distingue des autres sociétés de transport. Nos sept camions fourgons sont remplis à 95 % de vélos. »
Aernouts Logistics Support est néanmoins plus qu’un transporteur de vélos. « Nous sommes un partenaire d’UPS. À cet effet, nous disposons de 25 utilitaires légers qui partent de Schoten et de Deerlijk. En termes de chiffre d’affaires, notre service express joue un rôle essentiel. Enfin, nous disposons de cinq poids lourds permanents pour le transport personnalisé. »

Des graphiques clairs

En 2012, Aernouts a trouvé le temps d’optimaliser ses services. « Nous rencontrions des problèmes de communication avec nos clients. Par ailleurs, nous n’avions pas de vue d’ensemble sur nos activités de transport. Notre prestation s’en ressentait. C’est pourquoi nous avions besoin d’un système Track & Trace qui pouvait nous permettre de soutenir simultanément notre croissance. En 2011, je suis entré en contact avec TomTom au salon Transport & Logistics à Anvers. La décision a été prise rapidement. La réputation de la marque n’était plus à faire et les multiples possibilités de leurs produits nous ont tout de suite séduits. »
Aernouts recourt à différentes solutions TomTom pour les trois niches de transport de la société : le service express, le transport de vélos et le transport personnalisé. « Tous nos véhicules possèdent le  boîtier TomTom LINK 510, mais seuls les camions dédiés au transport de vélos et nos cinq poids lourds permanents sont également équipés du module ecoPLUS et d’un système de navigation. Ce boîtier fournit en temps réel une mine d’informations en matière de suivi et de traçabilité ainsi que des rapports détaillés des activités passées. Nous pouvons ainsi comparer les itinéraires ainsi que les temps de démarrage et d’arrêt, et analyser les comportements de conduite. »
Le module ecoPLUS permet à Aernouts de réduire sa consommation de carburant et ses émissions de CO2. « L’input pour ce module provient du système de gestion du moteur du véhicule en branchant le module sur le bus CAN du véhicule, » explique Jeroen Groenendijk, Sales Director Benelux & Nordics chez TomTom Business Solutions. « Les informations que nous obtenons de cette manière sont ensuite reproduites sous forme de graphiques sur la base des IPC (indicateurs clés de performance, ndlr) que nous déterminons avec le client. Ainsi nous observons le comportement de conduite, la consommation de carburant, les temps d’arrêt moteur tournant et la vitesse. Le système établit des classements, qui permettent d’emblée à Dirk de voir comment les chauffeurs se comportent les uns par rapport aux autres et où les améliorations sont possibles. »

Mesure de référence
Les modules TomTom ont été installés en août 2012, mais les chauffeurs n’ont pas été informés de leurs possibilités pendant les deux premiers mois. « Ainsi nous avons suivi toute notre flotte pendant deux mois, afin d’effectuer en quelque sorte une mesure de référence. Nous avons ensuite présenté aux chauffeurs, lors de deux sessions, les points à améliorer. Nous n’avons pas cité de noms, cette initiative devait rester positive.
Les différences entre les chauffeurs se sont avérées frappantes. « Nous avons par exemple constaté que certains véhicules avaient besoin de pneus neufs au bout de 20 000 kilomètres à peine, alors qu’ils tenaient 80 000 kilomètres sur d’autres. Des chauffeurs avaient enregistré des dizaines d’incidents en termes de freinages brusques et de virages serrés par exemple, d’autres quasi aucun. On l’a vite compris : il y avait un problème. Nous nous sommes alors adressés aux chauffeurs, car on ne peut opérer une amélioration structurelle qu’en assurant un suivi attentif. Celui-ci ne prend pas beaucoup de temps, car nous recevons tous les rapports de manière automatique. Si les institutions de base sont bonnes une bonne fois pour toutes, il suffit alors de lire les graphiques. »

Jusqu’à 10 000 euros de frais supplémentaires par chauffeur
L’initiative a également été bien accueillie par les chauffeurs. « Ils ont pris conscience de l’effet de la conduite sur les coûts d’exploitation, » explique Dirk. « Au début, je les ai contraints à regarder la réalité en face, en comparant pour chacune de nos activités les frais du meilleur chauffeur à ceux du moins performant. Ces chiffres ont secoué les chauffeurs. Pour notre service express, cela représentait 4 370 euros par an, pour le transport de vélos 9 370 euros et pour les poids lourds permanents 6 670 euros. »
En d’autres termes, le potentiel d’économie est énorme. Il est possible de récupérer l’investissement réalisé en trois à six mois, » poursuit Jeroen Groenendijk. « La consommation de carburant est déterminante, suivie par le comportement de conduite. Attention : tous les chauffeurs peuvent difficilement atteindre le niveau du chauffeur le plus performant, mais il est par contre possible d’améliorer la prestation moyenne. L’avantage de notre système est que les chauffeurs peuvent immédiatement recevoir le feed-back de leur comportement de conduite sur leur écran de navigation. Ils n’ont donc plus aucune excuse de ne pas participer à la rentabilité de leur entreprise. »
La nouvelle technologie d’Aernouts profite également au client. « Nous transmettons désormais des informations bien plus concrètes. Les itinéraires sont clairement planifiés, et nous connaissons en permanence les comportements de conduite ainsi que la position exacte des véhicules. Pour nous, il est clair que ce système porte ses fruits. Nous poursuivons notre investissement et équipons tous les nouveaux véhicules de cette technologie. L’étape suivante sera la liaison de notre programme de plan NaviTrans au système de navigation TomTom, » prévoit déjà Dirk Aernouts.

Vous ne recevez pas encore notre newsletter hebdomadaire ? Inscrivez-vous ici !