Transportmanagement.be

Van Management 73 (01/2013)

 10/01/2013  Yannick Haesevoets  

EDITO

Points et virgules

Il y a quelques mois, la Commission Européenne a formulé des propositions pour de nouvelles normes d’émission applicables aux utilitaires légers dès 2020. Les camionnettes ne pourront alors émettre que 147 gr de CO2/km, ce qui correspond à une consommation moyenne de 6,3 l/100 km. Selon le club lobbyiste Transport & Environment (T&E), l’UE place la barre beaucoup trop bas.

Calons-nous un instant sur ces chiffres qui montrent pourquoi une norme d’émission plus sévère est nécessaire tant pour l’environnement que pour le client final. Imaginez : l’UE impose une limitation de CO2 plus stricte de 118 gr/km au maximum. « C’est techniquement tout à fait réalisable », explique Transport & Environment. « Les constructeurs sont de toute façon obligés de développer des technologies plus propres pour répondre aux normes beaucoup plus strictes appliquées aux voitures. Adapter ces technologies aux camionnettes ne demande dès lors pas un gros effort. »

Transport & Environment manque peut-être un peu de nuance en classant l’affaire comme s’il s’agissait d’une question de points et virgules. Mais il est vrai que cela représenterait une réduction de CO2 de 2,7 millions de tonnes par an tout en entraînant jusqu’à 6.500 € d’avantages pour le client. Le ROI prendrait environ 3 ans vu le surcoût inhérent aux nouvelles technologies. Les constructeurs, de leur côté, pointent les coûts de développement considérables pour indiquer qu’imposer une limite encore plus stricte aux camionnettes serait tout simplement kafkaïen, surtout dans le climat économique actuel. Un petit jeu qui – on en prend le pari – risque de durer encore un certain temps. Nous sommes curieux de voir où seront finalement placés les points et les virgules…