Transportmanagement.be

TRANSPORT Management 94 (octobre 2017)

 27/10/2017  Yannick Haesevoets  


Le surréalisme à la belge a encore de beaux jours devant lui

Au moment d’aborder l’écriture de cet éditorial, j’ai pris la (bonne) habitude de consulter notre site www.transportmedia (*), afin de me faire une idée de l’actualité des semaines écoulées. Et de mettre en exergue quelques faits marquants récents. Le moins que l’on puisse dire est que l’actualité a été bien chargée et que le choix des thèmes retenus ici a été cornélien…

Pas de lamentations, de l’action. Inutile de revenir sur le manque cruel de main-d’œuvre dans le secteur.  Sachez seulement qu’un sondage récent a montré que plus de 25 % des sociétés de transport étaient à la recherche de personnel roulant et plus de 35 % à la recherche de personnel administratif. Mais certains ne se lamentent pas sur leur sort et prennent des initiatives. A l’image du groupe Jost, qui a organisé un « lucratif » Job Day. Ce ne sont en effet pas moins de 50 candidats qui ont été retenus à l’issue d’une journée de sensibilisation ! Ou à l’image de Van Dievel, pas en reste quand il s’agit de se montrer créatif. Ses responsables ont en effet lancé un site internet très complet (www.vrachtwagenpiloot.be) destiné à attirer vers la profession des candidats ne disposant pas encore de permis C ou CE.

Tesla, toujours aussi survolté ? Certaines entreprises, reines du marketing, ont le don pour faire le buzz. A l’instar d’Apple dans le domaine high-tech. Ou de Tesla dans celui de l’automobile. Ainsi, toute news que nous publions dans nos médias sur la société d’Elon Musk est-elle immédiatement appelée à susciter l’engouement de nos lecteurs, visiteurs ou téléspectateurs. Mais Tesla peut aussi décevoir. Annoncé pour une autonomie de plus de 1.500 km, le camion électrique badgé Tesla ne pourrait en fait qu’avaler entre 300 et 500 km entre deux pleins… Il s’agirait donc plutôt d’un véhicule affecté au transport régional et de ce fait équipé d’une cabine courte.

Faut-il en rire ou en pleurer ? Probablement un peu des deux. Le produit des amendes générées par la taxe kilométrique en région bruxelloise va très largement dépasser le produit de la taxe elle-même ! Le calcul est vite fait. La taxe devrait rapporter un peu plus de 10 millions d’euros en 2017 alors que, après six mois seulement, ce sont plus de 14.000 amendes de 1.000 euros chacune qui ont envoyées à qui de droit… Vous avez dit surréaliste ?

 

Christophe Duckers,
Directeur de la rédaction.