Transportmanagement.be

Greenyard Fresh : “Garder la maîtrise du transport”

 06/06/2017  Philippe Van Dooren  Logistics
Greenyard Fresh : “Garder la maîtrise du transport”

Ces dernières années, la division Fresh de Greenyard (Wavre-Sainte-Catherine) a connu une forte croissance. Active dans les fruits et légumes, l’ancienne Univeg fait désormais partie d’un groupe d’envergure mondiale, mais continue à organiser sa propre logistique. En Belgique, la division Fresh gère également de ses transports, via Greenyard Transport Belgium.

À la mi-2015, Univeg (négociant mondial en fruits et légumes frais), Pinguin (transformateur de légumes surgelés), Noliko (producteur de légumes en conserves et bocaux) et Peatinvest (producteur de substrats et de terreau) ont uni leurs destinées. La famille Deprez, leur actionnaire de référence, les a fusionnées sous l’enseigne Greenyard afin de se positionner comme leader mondial du marché des fruits et légumes frais et transformés.

En Belgique, la division Greenyard Fresh compte trois centres de distribution à Sint-Katelijne-Waver. Les divisions Frozen et Prepared disposent de quatre sites de production de produits surgelés et de conserves, tandis que la division Horticulture en possède deux pour ses substrats.

Greenyard Fresh

« Avec 82 % des recettes, la branche “fruits & légumes frais” – essentiellement composée de l’ex-Univeg – est de loin la plus importante du groupe. Partout dans le monde, ses activités sont désormais organisées sous l’enseigne Greenyard Fresh, tandis que les deux autres branches ont été rebaptisées Greenyard Prepared et Greenyard Horticulture », précise Nancy Goovaerts, Corporate Communications Manager de Greenyard.

La division Fresh est active dans la production, l’import-export, le négoce, la maturation, l’emballage et les services d’approvisionnement en fruits et légumes, les légumes frais prédécoupés et les salades, les fleurs coupées, bouquets, bulbes et plantes, sans oublier le stockage, le conditionnement, la distribution et le transport.

« L’organisation des activités peut différer suivant le marché et les services logistiques dépendent des conditions locales et des exigences des détaillants. Cela peut aller très loin : nous assurons parfois nous-mêmes le réassortiment des rayons avec les produits que nous recommandons, dans le cadre du category management », poursuit Goovaerts.

« La logique de l’organisation est claire : nous nous approvisionnons le plus près possible du marché de vente, aussi loin soit-il. C’est notamment valable pour les produits exotiques et les bananes, cultivés dans l’hémisphère sud. »

La division Fresh assure la plupart de ses transports. L’ex-Univeg garde le contrôle de ses convois et, en Belgique, utilise principalement ses propres camions.

En 2014, une partie des activités de la filiale de transport EFT a toutefois été vendue au groupe néerlandais Bakker Logistiek. « Nous avons décidé qu’EFT se concentrerait désormais sur les livraisons destinées à ses propres clients. Cette activité représentait environ un tiers du chiffre d’affaires. Nous avons renoncé aux transports nationaux et internationaux pour le compte de tiers », explique Marc Bax, Operations Manager de Greenyard Transport Belgium.

Greenyard Transport Belgium est le nouveau nom des activités restantes d’EFT. « Nous avons conservé toutes celles qui étaient liées à notre cœur de métier, de façon à garder la maîtrise de la qualité. Nous ne travaillons que pour la division Fresh de Greenyard – à 90 % pour nos propres productions, mais avec une autorisation de transport », précise-t-il.

Transport spécifique…

Greenyard Transport Belgium assure deux types de transport fondamentalement différents : d’une part le transport vers les centres de distribution et les centrales des supermarchés, de l’autre la distribution fine, directement aux magasins et grandes surfaces. « Ce sont deux spécialités distinctes, avec des véhicules spécifiques et des profils de chauffeurs différents », souligne Bax.

La première activité consiste à approvisionner les 35 centrales des supermarchés en Belgique. « Il peut y avoir un, deux, voire quatre, mais aussi parfois dix transports par jour, qui requièrent un tout autre type de chauffeur que la distribution fine. Les véhicules sont aussi moins spécialisés, ne serait-ce que parce qu’ils sont déchargés à quai », explique Bax.

… et distribution fine

Les véhicules utilisés pour la distribution fine approvisionnent quotidiennement 450 magasins en Belgique. Ceux-ci peuvent commander jusque 18h, les premiers camions partant dès 21h30 et les derniers à 5h. « Ces chauffeurs doivent parfaitement connaître leur véhicule, car manœuvrer sur le site des magasins n’est souvent pas une sinécure », poursuit le gestionnaire.

Au total, Greenyard Transport Belgium fait rouler une centaine de véhicules par jour, y compris ceux des sous-traitants fixes (indépendants et petites PME). Mais la firme fait également appel à la flotte de Bakker Logistiek pour la distribution en Flandre-Occidentale et dans le Hainaut.

« Les sous-traitants sont surtout utilisés pour les transports jusqu’aux centrales, pour lesquels nous n’utilisons que 25 % de nos tracteurs. Le ratio pour la distribution est inversé : nous employons 75 % de nos camions et 25 % sont assurés par les sous-traitants. C’est notamment dû au fait que les livraisons aux magasins sont beaucoup plus délicates. On ne peut pas y envoyer n’importe quel chauffeur », selon Bax. Pour illustrer son propos, il explique qu’un nouveau chauffeur n’est mis sur le terrain qu’après avoir suivi trois jours de formation minimum pour chaque tournée.

Pas d’appel d’offres

La division Fresh de Greenyard ne sous-traite pas ses transports : « Ça ne marcherait jamais ! Avec notre type de produits, les clients veulent un service parfait, surtout en distribution fine. Si un camion ne peut arriver au quai à cause de voitures mal garées, le chauffeur doit parfois stationner ailleurs et pousser les conteneurs à roulettes sur plusieurs dizaines de mètres. Ils doivent aussi reprendre et comptabiliser les vidanges. En gardant la mainmise sur le transport, nous sommes sûrs d’envoyer le bon chauffeur au bon endroit… et nous restons au fait du marché et des prix », continue Bax.

Outre les transports au départ de Sint-Katelijne-Waver, Greenyard Transport Belgium assure aussi l’acheminement depuis les criées de Roulers et Hoogstraten, de Hesbaye, de Bruxelles… et de Sint-Katelijne-Waver (Belorta). La firme assure directement l’approvisionnement en bananes de l’unité de maturation de Greenyard Fresh Belgium au départ des ports de Vlissingen et Anvers et, dans certains cas, les transports depuis les sites des fournisseurs. De même, le convoyage des consignes, très utilisées dans le secteur, s’intègre dans la chaîne logistique.

« Pour l’instant, Greenyard Transport Belgium ne roule pas pour les autres divisions de Greenyard. Mais nous sommes en train de répertorier l’ensemble des transports au sein du groupe afin de pouvoir développer des synergies – y compris entre les quatre divisions – et réduire les trajets. C’est devenu une nécessité à cause de la redevance kilométrique d’une part (voir encadré), mais aussi de notre volonté de diminuer notre empreinte CO2 », conclut Bax.

 

Greenyard en bref

  • Actionnaires : Hein et Veerle Deprez (près de 45 %), ainsi que plusieurs fonds (26 %) ; les actions restantes s’échangent à l’Euronext Brussels.
  • Quatre segments : frais, conserves, surgelés et substrats.
  • En termes de chiffre d’affaires (près de 4 milliards d’euros), c’est le deuxième plus grand groupe mondial dans le secteur des fruits et légumes, derrière l’Américain Dole.
  • Le groupe compte 22 sites de production et 34 centres de distribution dans le monde. Il est établi dans 25 pays, mais assure les ventes dans 80 pays.
  • Son plus gros marché est l’Allemagne (33 % du CA), la Belgique étant troisième (11 %).

 

« La redevance kilométrique nous coûte 10 tracteurs par an »

« La redevance kilométrique nous coûte 60.000 euros par mois. Sur un an, ça représente le prix de dix tracteurs. Et cela, sans même parler des coûts supplémentaires, comme l’administration et les risques si l’OBU a un problème. Dans ce cas, la responsabilité incombe au transporteur. Ce n’est tout de même pas correct… », déclare Marc Bax. Greenyard Fresh Transport et les sous-traitants – travaillant tous à demeure – répercutent intégralement la redevance sur la facture adressée à Greenyard.

 

La flotte interne

Greenyard Transport Belgium possède 124 véhicules (tracteurs, camions et semi-remorques) et utilise du matériel spécialisé pour la distribution fine : des camions (frigorifiques) ou des city trailers à essieux directionnels, hayon élévateur, rails et anneaux d’arrimage.

Véhicules moteurs

– 2 tracteurs portuaires Terberg
– 22 tracteurs
– 18 camions

Unités tractées

– 3 remorques
– 5 city trailers (1 essieu)
– 15 city trailers (2 essieux)
– 12 city trailers (3 essieux)
– 46 semi-remorques (dont 12 à hayon)

Chauffeurs

– 33 fixes
– 17 intérimaires (fixes, le week-end et le soir)
– 20 sous-traitants fixes (indépendants et PME)

En matière de distribution fine, un nouveau chauffeur n’est mis sur le terrain qu’après avoir suivi trois jours de formation minimum pour chaque tournée.