Transportmanagement.be

Crijns Gebroeders: de transporteur à régisseur multimodal

 28/11/2013  Claude Yvens  Expertise Center
Crijns Gebroeders: de transporteur à régisseur multimodal

Société familiale typique, Crijns Gebroeders a atteint sa taille idéale en fonction de sa structure de coûts fixes. Cela ne l’empêche pas de regarder vers l’avant, notamment en matière de multimodalité.

L’ histoire commence de manière classique. La première génération débute ses activités dans le commerce et la deuxième développe les activités de transport. Heureusement, la troisième génération n´a pas gaspillé l´héritage, avec un déménagement vers la zone Oude Bunders de Maasmechelen en 2001 comme point d´orgue.

60 % de vracs

C´est l´exploitation de la carrière d´Opgrimbie par Sibelco qui a lancé les activités de transport. « Nous étions les seuls dans la région à posséder des camions », se rappelle Peter Crijns.

La croissance de la société a depuis lors été régulière autour du transport de produits en vrac, complétés par du transport d´aliments pour bétail et un peu de marchandises générales. Le parc s´est aujourd´hui stabilisé autour d´une trentaine de véhicules, une taille que la troisième génération familiale considère comme idéale au vu de la structure de coûts qu´elle génère. « Nous dirigeons la société à deux. Je me charge plus particulièrement du planning, de la vente et du personnel et mon frère Marc est en charge des achats et de la partie technique. Nous n´avons besoin que d´un employé administratif à temps partiel. De toutes façons, nous voulons aussi conserver à l´entreprise son caractère familial», poursuit Peter Crijns.
Cela n´empêche pas les deux frères de chercher à étendre progressivement leur activité au travers de partenariats stratégiques. « Notre rayon d´action est de 300 km environ, mais une partie de la flotte travaille de manière encore plus régionale. Sur certaines lignes, nous travaillons avec des partenaires en Belgique et à l’ étranger, par exemple pour des transports de sable vers la région de Cologne d´où nous rapportons des matériaux de construction divers vers Houthalen. », poursuit Peter Crijns.

Genk comme base multimodale

La société est aussi particulièrement intéressée par la multimodalité. Déjà aujourd´hui, Crijns fait transiter des marchandises (en particulier du sable quartzeux) par le port de Genk. Mais le risque existe de se voir cantonné au rôle de simple exécutant du pré-acheminement. « Progressivement, nous reprenons donc un rôle de régisseur de toute la chaîne de transport pour certains clients pour lesquels nous devenons alors un partenaire stratégique », explique Peter Crijns. Sans oublier l´avantage écologique que représente une telle solution multimodale.

L´objectif est donc d´utiliser le port de Genk comme base de départ vers des utilisateurs finaux situés le long de la voie d´eau (par exemple l´industrie du verre) et vers le port d´Anvers lorsque les marchandises sont destinées à l´exportation.

Cependant, Crijns Gebroeders ne veut pas mettre tous ses œufs dans le même panier. C´est pourquoi la société a aussi développé le transport de matières premières pour l´industrie des aliments pour animaux (qui offrent l´avantage de pouvoir être transportées dans le même type de matériel) et s´est investie dans diverses niches de transport complémentaires : transport par plateau, manutention par grue etc…

« Il s´agit d´une part de mieux répartir les risques et d´autre part de pouvoir réagir avec la flexibilité voulue aux pics d´activités de chaque secteur », explique Peter Crijns, qui cite un exemple évident : «  Dans le secteur de la construction et du ciment, il y a un creux en hiver, mais c´est justement la période où nous pouvons transporter des carottes. »

Automatisation

La multiplication des types d´activités rend en tout cas une forme d´automatisation indispensable. Cela va passer par l´acquisition d´ordinateurs de bord et par l´automatisation du planning. Les chauffeurs revenant chaque soir à Maasmechelen et le travail consistant principalement en navettes fixes, cela n´était pas absolument nécessaire jusqu´à maintenant.

S´agissant des chauffeurs, leur fidélité à l´entreprise est un ingrédient important du succès. Peter Crijns estime que ce sera encore plus le cas à l´avenir : « Avec l´arrivée du statut unique au 1er janvier 2014, les entreprises qui connaissent une rotation forte vont davantage souffrir que les entreprises qui savent conserver leur personnel. Chez nous, le taux d´absentéisme est très faible, et moins nous perdons de chauffeurs, moins nous devrons accorder de préavis… »

Il n´empêche que Peter Crijns, installé à quelques mètres de la frontière néerlandaise, sent bien sa position concurrentielle se dégrader à cause de coûts salariaux trop élevés : « Il faut absolument faire quelque chose dans ce domaine. Notre déficit salarial est de 4 à 5 % par rapport aux Pays-Bas et il est encore plus grand par rapport à l´Allemagne. C´est au monde politique de nous aider à rééquilibrer la situation. »

Heureusement, ce handicap ne se traduit pas automatiquement en guerre des prix, sauf dans les activités en bâchées et dans les pré-acheminements vers le port de Genk. « Mais nous sentons tout de même une concurrence plus forte des transporteurs néerlandais qui ont besoin de travail », conclut Peter Crijns.

Crijns Gebr. en bref

Siège social : Maasmechelen
Spécialités : transport de produits en vrac, transport GMP, multimodal
Parc : 26 tracteurs (24 Volvo FH, 2 DAF XF), 2 porteurs MAN TGA, 50 semi-remorques (bennes et bennes latérales, plateaux, bâchées) LAG, Stas et Kempf. Tous véhicules équipés de pesage embarqué.
Entretien : en régie dans son propre garage

www.gebroeders-crijns.be

Document PDF

Tagged With: Crijns Gebroeders